Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

31 août 2021

Le véritable mouvement de la Terre dans l’espace

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 10 h 32 min
Image de prévisualisation YouTube

Balade mentale

Les superbes kit de pandacraft sont ici: https://bit.ly/baladementale-pandacraft et avec le code promo « BALADEMENTALE » vous bénéficiez de 10% sur les abonnements et cartes cadeaux jusqu’au 15/09 !
Pour suivre l’intérieur de ma tête: https://www.instagram.com/baladementale/ Les superbes modélisations du mouvement hélicoïdales viennent de la chaine de DJsadhu, 1000 merci à lui de nous avoir permis d’utiliser son travail.
Vous pouvez retrouver d’autres concepts et sa musique (qui déchire !!) sur ces différents sites: DjSadhu: https://about.djsadhu.com Spotify: https://sptfy.com/djsadhu Youtube: https://youtube.com/djsadhu
Pour nous soutenir : ►Tipeee: https://www.tipeee.com/baladementale
LE LIVRE 34 petits et grands secrets de l’univers: https://amzn.to/3xy7a2i
D’autres délires visuels: teespring.com/stores/balade-mentale 00:00​ – Intro 00:26​ – Le mouvement de le Terre dans l’espace 03:23​ – L’Héliosphère, le bouclier du système solaire 05:26​ –
Le choc terminal 06:36
– L’Héliogaine 07:43​ – L’Héliopause 09:16​ – Le milieu interstellaire 10:26​ – écouter l’espace lointain 11:08
- Le passé est derrière nous :) Images crédits: Djsadhu NASA / ESA / D’où coulent les sources ?
Extrêmement complet: http://www.astrosurf.com/luxorion/sys… Les sons de l’espace lointain:
Lorsque l’on se représente la course de la Terre dans l’espace, il est coutume d’utiliser ce modèle : organisé selon un plan, avec le Soleil immobile au centre et les autres planètes du système gravitant autour de lui. Sauf que cette représentation de notre mouvement n’est valable que si l’on se centre sur – notre – étoile. Hors celle-ci n’est pas immobile dans l’espace. Ainsi en réalité, en prenant pour référentiel le centre de cette dernière toutes les planètes de notre système sont lancé dans une course folle, arrimées par la seul force de gravité au soleil qui les entraîne avec lui, nous évoluons dans un mouvement hélicoïdale, légèrement oscillant sur une période de 26 000 ans. Un bouclier formé et renouvelé en permanence par l’activité de notre étoile et qui prend la forme d’une vaste et ténue bulle protectrice: l’héliosphère qui constitue notre première ligne de défense contre le milieu interstellaire. En fendant des nuages de gaz dont la différences de vitesses avec le mouvement propre de notre étoile tourne autour de 80 000 kilomètre par heure, l’héliosphère prend aux grandes échelles l’aspect d’un œuf, et rappelle vaguement une chevelure de comète. Ce bouclier tire sa forme comme son origine de l’activité du soleil car dans la haute atmosphère extrêmement chaude de notre étoile, chaque seconde, c’est environ un million de tonnes de matières qui sont éjectées sous la forme d’un vent solaire constitué d’un plasma de particules atomiques Et vu que nombre de ces particules présentent une conductibilité électrique similaire à celle du métal, elles induisent en se déplaçant un courant qui se propage et progressent dans toutes les directions en charriant avec lui un champ magnétique. En traversant ce front de choc, les particules chargées provenant du soleil perdent près d’un quart de leur vitesse, vitesse qui est convertie en chaleur au point où la température électronique de ces particules peut atteindre le million de degrés. nous sommes maintenant dans l’héliogaine, une région de transition, où le vent solaire en se mélangeant avec la matière de l’espace interstellaire alentours forme des bulles magnétiques pouvant être large d’un milliard de kilomètres. Tout comme la distance nous séparant du choc terminal, l’épaisseur de cette couche fluctue fortement au cours du temps.
Aux limites de cette couche des plus étranges, la vitesse des particules provenant de notre étoile, toujours plus ralenti et comprimé dans leur progression par le milieu interstellaire, en vient à tomber à zéro. Dès lors, celles ayant réussi depuis le soleil, à parvenir jusqu’ici, s’accumulent au niveau d’une région appelée Héliopause, la limite de la zone d’influence du vent solaire et du champ magnétique qu’il charrie. Vous entendez actuellement enregistré par les instruments de la sonde Voyager 1 et amplifiée afin d’être audibles par des oreilles humaines – les variations de vibrations de ce plasma interstellaire au-delà de la zone d’influence magnétique du système solaire. Et c’est là l’enregistrement audio le plus lointain, j’aimais directement capturé par une machine confectionnée par des humains. #BaladeMentale #Histoiredel‘univers

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus